Since 1977

Since 1977, I have written more than 300 000 kilometers of words, that is to say put end to end, one way trip from Earth to the Moon. Or a second to light for this trip. A second light words in 30 years, some 3 billion signs.

Monday, September 24, 2018

Les Freres Kaufman en 1929: Entre Nice et Odessa.

Les Freres Kaufman en 1929: Entre Nice et Odessa.




Hâtons-nous de faire les présentations. Dziga Vertov est né en 1896, Boris Kaufman en 1897. Ils sont frères et cinéastes. L’ainé réalisera des films qui mettent en pratique sa théorie du Kinoglaz. Le cadet voyagera en Europe avant d’arriver en France où il rencontrera Jean Vigo, avec qui il réalisera A Propos de Nice en 1929. Au même moment, Vertov signe L’Homme à la caméra en Ukraine. Les deux films sont une manifestation du point de vue, en ce sens que Vertov présente la caméra comme une être animé, vivant, capable de réfléchir le réel , alors que le film de Kaufman et Vigo est décrit comme un point de vue documenté par ce dernier . Il n’est pas question ici de jouer le réel, mais de le capter et de le transmettre. Malheureusement, à cette époque, le cinéma et la caméra sont déjà bien reconnaissables entre Nice et Odessa. La vérité pourrait à priori transparaître entre le moment où l’opérateur enclenche sa caméra et celui où la personne filmée se rend compte qu’elle est dans le champ. Mais chez Vertov, la vérité n’est pas dans l’ignorance. Le contact entre une personne qui se sait filmée et une caméra (évidemment portée par un kinok ) n’est pas systématiquement synonyme de paraître, de fausseté, de jeu du sujet filmé. Pour Vigo et Kaufman, au contraire, dès lors qu’une personne se sait filmée, la coupe est nécessaire, pour préserver au mieux la vérité du plan .
Les trois cinéastes cherchent donc à dire cinématographiquement leur monde. Alors que Murnau cherchait à créer en 1924 un film qui serait compréhensible pour les analphabètes (Le Dernier des Hommes se veut sans intertitres), et que le parlant arrive progressivement en Europe , Vigo et les frères Kaufman réalisent des poèmes filmiques par leur sens du montage et leurs choix des terrains filmés. Nulle réponse à la banale question « Cherchent-ils à rendre compte du réel ? » tant les différences de registres sont importantes et brutales. Le « oui » serait une réponse satisfaisante mais incomplète, car ce qui intéresse les trois cinéastes, c’est leur message, qui exprime leur vérité, quitte à passer par des sentiers poétiques.

Rendre compte du réel

Lorsque Jean Vigo explique sa démarche dans son discours Vers un cinéma social, il avance la notion de point de vue documenté ; pour lui, le personnage aura été surpris par l’appareil. Cette intention est commune à Dziga Vertov, bien qu’elle relève ici une différence notable. Si Vigo et Kaufman coupent le plan dès lors que la personne filmée s’en rend compte, pour Vertov, ce n’est que le commencement de sa démarche. Vertov n’a pas peur de la mise en abyme du cinéma ; mieux, il s’en sert pour illustrer la théorie de son film. Ainsi, l’appareil cinématographique « montre le monde comme seul » il peut « le voir ». Cette expérience plus ludique que celle de son frère est également un formidable témoignage de l’approche, du regard que nous portons sur une caméra : tantôt un regard amusé (le sans-abri qui se réveille et qui, surpris par la caméra, rit, ou encore la dame sur la calèche qui mime le mouvement de rotation de la manivelle), tantôt un regard de gêne et de dégoût pour le voyeurisme supposé de la caméra (la femme dormant sur un banc et qui se réveille en partant très vite).
Il est bien entendu qu’un homme marchant dans une foule en actionnant la manivelle d’une caméra ne passera pas inaperçu. Il refuse de se fondre dans la masse en s’en démarquant, mais que peut-on dire de cette même personne si elle souhaite rendre compte de cette masse dans sa vérité la plus pure ? Tout comme son grand frère à Odessa, Kaufman arpente un trottoir bondé de Nice avec sa caméra, et les réactions ne sont pas forcément les mêmes. Le naturel est là, mais il est ailleurs. En effet, si Kaufman avait uniquement souhaité réaliser un film qui rendrait compte de la vérité des Niçois, d’une part, le film serait raté, et d’autre part, il serait considéré comme prétentieux. Mais à partir du moment où une caméra est placée dans une rue alors que la rue ne s’y attend pas, la surprise est vraie, naturelle, donc réelle. L’émotion d’une surprise est intacte, imprimée à jamais par la caméra. En témoignent celles du premier plan de foule du film, avec l’homme à gauche, à lunettes, qui aussitôt le fondu enchaîné terminé, recule de deux pas en espérant peut-être ne pas être dans le champ, et le plan suivant avec les trois femmes âgées à ombrelle, qui ralentissent considérablement la cadence de leur pas par rapport à la foule avant de s’écarter. Vigo et Kaufman ne manquent d’ailleurs pas d’humour dans leur démarche radicale qui consiste à effectuer une coupe dès lors qu’un regard se fait trop insistant et qu’il pourrait nuire à la valeur « document » de leurs plans : puisque les Niçois changent d’attitude dès qu’ils se sentent filmés, il faut donc filmer des animaux, puisqu’ils ne peuvent avoir conscience d’être enregistrés. D’où deux plans : l’un sur un chien, l’autre sur une autruche.
Pour accéder à la vérité pure, Vertov n’hésite pas à filmer des cas extrêmes où la présence d’une caméra ne peut en aucun cas conclure à un travestissement des émotions, à la corruption du réel : il filme ainsi une naissance, un mort dans son cercueil, un mariage. Quand l’événement est extra-ordinaire, une caméra ne peut en aucun cas agir sur le regard qu’une jeune mère porte sur son bébé. Ce compte-rendu du réel a pourtant une limite, considérable dans L’Homme à la caméra. Bien que l’immersion soit paradoxalement plus réussie que dans le film de son frère, Vertov alterne constamment les points de vue, ce que Kaufman ne fait qu’une seule fois dans son film et dans une visée explicative . Vertov montre ce que l’opérateur a filmé, mais surtout cet homme à la caméra, son voyage à travers la ville. Inconsciemment, le spectateur estime que ce qui est filmé l’est par cette caméra, et s’immerge donc totalement dans Odessa en oubliant la seconde, celle qui filme quelqu’un entrain de filmer. Il faut ainsi montrer une caméra pour que l’autre devienne invisible. Il y a donc une ambiguïté lorsque Vertov annonce dans le générique : « Sans recours au théâtre (le film n’a pas de décor, pas d’acteurs etc.) » Ces trois petites lettres finales « etc. » recèlent donc beaucoup plus que l’on ne pourrait l’imaginer à première vue, et ce, pour les deux films. Elles ouvrent la porte à un détournement du réel, pour y revenir avec un message, un discours énoncé par les auteurs des films.

Détours poétiques

Les deux films s’ouvrent sur le motif de l’éclatement. Feux d’artifices pour A Propos de Nice, lumière du projecteur pour L’Homme à la caméra. Le tandem Vigo / Kaufman et Dziga Vertov annoncent ici un éclatement futur, une floraison poétique de leur matière filmique. Dans leur description d’une ville, les films accumulent certains points communs de manière troublante.
Ce qui frappe en premier lieu est la manière de présenter les êtres. Chez Vertov, cela se traduit par une personnification d’Odessa, en filmant le sommeil d’une femme pendant que la ville est aux aurores, son réveil et l’accélération d’un train, son lavage et le nettoyage de la ville… Vigo et Kaufman réduisent quant à eux les Niçois à deux jouets pour dénoncer le peu d’importance qu’ils occupent. Ils attendent un train mais n’auront pas le temps de le prendre en marche et se transformeront alors en jetons sur une table de casino. Les moyens entrepris sont évidemment factices, mais ils dépeignent une situation bien réelle, en la rendant moins brutale par l’humour et la poésie du montage. 
La femme, qui pourrait s’appeler Odessa, est représentée, par un montage parallèle, comme une personnification de la ville mais aussi comme son incarnation. Ainsi, à un plan présentant le bras replié de la dormeuse répond un autre plan, où la voiture qui conduit l’opérateur vers les voies ferrés de la ville emprunte une rue qui a la même forme que la bras vu juste avant. Ce raccord élégant parce que non enchaîné par un fondu, a le mérite de ne pas être démonstratif et de laisser le spectateur libre d’effectuer la connexion entre les formes angulaires présentées. Vertov filme aussi un jouet de cycliste mécanisé, derrière une vitre, avant de montrer un cycliste de chair et de sang, en pleine rue. La fusion de vie qui s’opère entre êtres inanimés et vivants est inquiétante, presque dérangeante, car ce ne sont pas les jouets qui sont humanisés, mais les humains qui sont mécanisés. L’Homme se confond avec les machines qu’il utilise, puisque la ville est au travail, courageuse, dynamique, compétente. Si Vertov filme l’éveil d’Odessa, son frère Boris filme quant à lui, à Nice, une ville en plein sommeil, qui s’est endormie sur son prestige aujourd’hui craquelé. Les deux villes sont nettoyées (autre motif récurrent), mais pour des raisons différentes. Le nettoyage des rues d’Odessa suppose des travailleurs pour les parcourir, alors que celui de Nice n’a pour seul but que de faire briller la ville. Nice n’est plus depuis bien longtemps, elle ne fait que paraître. Vigo et Kaufman veulent la dévêtir, comme ils le feront avec une femme dans un plan resté célèbre, où des fondus enchaînés présentent successivement une femme habillée différemment avant d’être entièrement nue. La personnification de la ville est aussi présente, bien que moins marquée, puisqu’elle peut apparaître comme un simple caprice érotique. Pour Vigo et Kaufman, il est primordial de quitter cette ville mourante, il faut « prendre son envol » (d’où les plans de l’hydravion), « mettre les voiles » (d’où ceux des bateaux). 
Vigo écrivait dans une lettre datée du 7 Octobre 1930 qu’il souhaitait que le film provoque la nausée, et que les images d’ouvriers et les atmosphères d’usine soient un soulagement.
Tout ce qui reste pur à Nice part irrémédiablement en fumée, ce qui conduit A Propos de Nice à se conclure là où la fumée se voit : à l’usine. En marge du reste du film, la fin illustre la pureté par le sourire des travailleurs, la danse ralentie des femmes. Et si la fumée est sale, elle peut au moins espérer suivre le chemin dessiné par les statues d’anges : le doigt pointé vers le ciel, et ses nuages apaisés.

EARLY MORNING IN BRESCIA



It is about 5 AM on May 12, 1957 along the Viale Rebuffone, a wide street bordering a park in Brescia in northern Italy on which was placed the starting ramp for the Mille Miglia. The last cars to start are waiting in line to ascend the ramp, their race numbers showing their starting times. The Ferrari in this photograph carries number 531 and will be driven by the Spanish Marquis Alfonso de Portago, “Fon” to his friends. He is the man in the center wearing the white helmet with his goggles on it and displaying a rather dour expression. On his left with the multi-colored cloth cap is one of his teammates, the British driver Peter Collins who will pilot a similar Ferrari, number 534. Their Ferraris are the newest and most powerful yet built at Maranello, capable of over 180 mph. Behind and to de Portago’s right is the Amercian actress Louise Cordier, the wife of Peter Collins. This will be the last Mille Miglia.

De Portago was a great sportsman: not only a racing driver but a steeplechase jockey and bobsledder as well. Bob Daley described him, “Portago was tall, with black curly hair worn very long, and almost black eyes. He was unshaven, chain-smoked and dressed all in black. He looked like a pirate, or like one of his famous ancestors, Núñez Cabeza de Vaca, a sixteenth century conquistador whose name and title he still bore.” He was to be accompanied by Edmund “Gurner” Nelson who was, in effect, his “batman” whom he had met in New York some years earlier when Nelson was an elevator operator at the Plaza Hotel.

Collins would have the photographer Louis Klemantaski with him as his navigator. Collins led for much of the race at a pace which would have set a new record, but the transaxle of his car failed at Parma, some 80 miles short of the finish in Brescia. De Portago suffered a tire blowout at about 170 mph on a straight section of road near the small village of Guidizzolo, only a few miles from the finish. His Ferrari shot across the road and knocked down a telephone pole then rolled back across the road and killed nine spectators, including a number of children, before ending up in a water-filled ditch. He and Nelson died instantly. A monument stands today at the site of the accident. Although the Mille Miglia had killed a number of drivers over the years, and some spectators as well, this final accident, especially coming after the Le Mans tragedy two years before, was too much to allow it to continue.

After Peter Collins was killed at the German Grand Prix in 1958, Louise Collins returned to America and continued her career as Louise King. She remains a lovely person and lives in Florida today with her memories of another life.

Photo by Louis Klemantaski ©The Klemantaski Collection

Tuesday, July 31, 2018

Massives Memoires de juillet

<iframe src="https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fart.work.12382%2Fposts%2F2189653954596035&width=500" width="500" height="567" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allow="encrypted-media"></iframe>

Monday, May 7, 2018

BERNARD NATAN . HOMMAGE.





Né le 18 juillet 1886 de parents juifs à Iași en Roumanie près de la frontière russo-roumaine, Natan Tannenzaft s'installe en France au début du xxe siècle. Lors de la déclaration de la Première Guerre mondiale, il se présente à la mairie du 10e arrondissement de Paris dès le 2 août 1914, et s’engage dans la Légion étrangèrecomme volontaire étranger, pour la durée de la guerre. Il passe vingt-et-un mois au front, est gazé en 1916, cité à l’ordre de la division. Libéré le 11 octobre 1918, il est naturalisé français en 1921, francisant son nom en Bernard Natan.

Il fonde son propre laboratoire, « Rapid Film », pour développer des films. Dans les années 1920, il travaille aussi pour Paramount Pictures. La réputation de Rapid Film devient telle que Natan est nommé membre du comité exécutif de la fédération des employeurs cinématographiques. En 1926, il ajoute deux ateliers pour le son sur disque. Il produit également les films d'autres studios.

En février 1929, Bernard Natan s'associe avec Paul Thomas et achète la société Pathé, qui est alors la plus grande compagnie de cinéma de France. Il accepte de fusionner son propre studio, Rapid Films (qui valait 25 millions de l'époque) avec Pathé en échange de 50 millions de francs en actions. Après la fusion, Natan renomme la société Pathé-Natan.


Pathé subissait déjà une situation financière difficile. La reprise de Bernard Natan coïncide avec la Grande Dépression de 1929 qui atteint tous les secteurs de l'économie. Bernard Natan tente de renflouer les caisses de Pathé et de moderniser les studios et leurs méthodes de travail. Il reprend un autre studio, la Société des cinéromans, d'Arthur Bernède et Gaston Leroux, qui permet à Pathé-Natan d'étendre ses activités à la manufacture électronique et à la projection. Cependant, Bernard Natan est attaqué sans répit par la presse française qui critique sa façon de diriger son groupe. Plusieurs de ces attaques sont d'ordre antisémite.

En novembre 1929, Bernard Natan s'associe avec l'Écossais John Logie Baird en fondant la première compagnie de télévision de France, Télévision-Baird-Natan. Un an après, c'est avec Fernand Vitus qu'il prend le contrôle d'une station de radio à Paris, Radio Vitusn 1, Radio-Natan-Vitus, qui deviendra un véritable empire radiophonique.

Entre 1930 et 1935, la compagnie Pathé-Natan gagne 100 millions de francs de profits, et produit plus de 60 films (autant que les studios américains de l'époque). Bernard Natan relance les films d'actualité Pathé Journal, qui n'ont plus vu le jour depuis 1927.


Cependant, en 1935 Pathé tombe en banqueroute. Dans le but de financer l'expansion de la société, le conseil de direction (qui comprend toujours Charles Pathé) vote en 1930 la vente de 105 millions de francs d'actions. Mais avec la dépression, seuls 50 % des actions sont vendus. L'une des banques qui avaient investi fait faillite et la société Pathé est forcée de continuer à acheter des chaînes de salles de cinéma, sans en avoir financièrement les moyens. Elle finit par perdre plus d'argent qu'elle n'en gagne.

La chute de Pathé amène les autorités françaises à inculper Bernard Natan pour escroquerie. Il est accusé d'avoir créé des sociétés fictives, et de mauvaise gestion des affaires. On l'accuse même d'avoir caché ses origines roumaines et juives en changeant de nom. Il est arrêté et emprisonné en 1939. En 1942, il est déchu de la nationalité française et est donc dépourvu de toute nationalité. Il est libéré en septembre 1942 et, apatride, est envoyé au camp de Drancy.


Le gouvernement français le livre ensuite aux forces d'Occupation allemandes le 23 septembre 1942. Il est alors envoyé au camp de concentration d'Auschwitz, par le Convoi No. 37, en date du 25 septembre 1942, où il meurt quelques mois plus tard, probablement en 1943.


La légende du « Bernard Natan pornographe »



Si les débuts de Bernard Natan dans la production cinématographique sont mal connus, c'est aussi parce qu'ils ont été interrompus par des poursuites à l'origine de la légende du « Bernard Natan pornographe ». Dans un livre publié en 2004, l'éditeur et historien André Rossel-Kirschen (1926-2007), l'un des premiers adhérents de l'Organisation spéciale qui réunissait au cours de la période 1940-1944 différentes structures clandestines au sein du Parti communiste français, fait le point à partir des éléments dont il dispose. Bernard Natan, alors âgé de 26 ans, est condamné à quatre mois de prison en 1911 pour « outrages aux bonnes mœurs ». 




Par la suite, la presse d'extrême droite lui reproche d'avoir été un pornographe. Mais a-t-il réellement produit des films pornographiques, c'est-à-dire où l'acte sexuel est montré et non suggéré, ou bien de simples films dits « grivois » que beaucoup de sociétés cinématographiques éditent couramment au début du xxe siècle ? La condamnation à une peine relativement faible de quatre mois de prison plaide en tout état de cause en faveur de l'hypothèse de films grivois destinés aux "tourneurs" de films forains (la loi prévoyait à l'époque jusqu'à deux ans de prison et les condamnations étaient généralement beaucoup plus sévères). Reste enfin l'accusation de la présence de Bernard Natan en tant qu'acteur de films pornographiques entre 1920 et 1926. Les films cités sont conservés dans quelques cinémathèques, indique André Rossel-Kirschen, ajoutant même page 53 de son livre, qu'il a pu lui-même en visionner la plupart à l'Institut Kinsey

. Il apparaît ainsi que l'acteur était beaucoup plus jeune, entre 18 et 25 ans, alors que Bernard Natan avait 40 ans en 1926.



Wednesday, September 6, 2017

Elly Beinhorn-Rosemeyer (30 May 1907 – 28 November 2007) was a German pilot.

Elly Beinhorn-Rosemeyer (30 May 1907 – 28 November 2007) was a German pilot.



Early life

She was born in Hannover, Germany on 30 May 1907.

In 1928, she attended a lecture by famed aviator Hermann Köhl, who had recently completed a historic East-West Atlanticcrossing. This lecture is described as the spark that ignited her interest in aviation.

At just 21 years old, with funds from a small inheritance (against the wishes of her parents) she moved to Spandau in Berlin where she took flying lessons, at Berlin-Staaken airport, under the tutelage of instructor Otto Thomsen. She soon made her solo flight in a small Klemm KL-20. With her money running out, it was suggested that she give aerobatic displays on the weekends. She found this financially rewarding, but personally unsatisfying.




Elly Beinhorn was born in Hannover in 1907. An only child, she grew up dreaming of travel and adventure in foreign lands. In 1928 she went to a lecture of noted pilot Hauptmann Hermann Köhl. Struck by the lure of flying to distant places she sought to enroll in a flying school. Since none was available in Hanover she travel to Berlin. Both parents were against their young daughter flying so she rented a small room in Spandau and learned to fly at the Berlin-Staaken airfield. Since there were few jobs available for a female pilot she earned a living flying aerobatics but her heart was still in long-distance flying. Her first opportunity to take a longer flight was when her former instructor asked her to fly to Rome and deliver some clothes to a wealthy relative of a flying club member. Dutifully she took off and headed towards Rome guided only by a compass. Unfortunately her first major trip resulted in her getting lost and having to land the plane, finally arriving at her destination aboard a commercial flight 24 hours too late. From this humble beginning her next trip was to Africa with a group of anthropologists. Fort the rest of her life she would have a special affection for Africa. Later flights would take her to the Americas and Asia.





Elly Beinhorn was already a well known woman aviator when she first met her future husband, Bernd Rosemeyer in 1935. Since 1931 she had flown all over the world and in order to finance her trips she gave lectures. This occasion was a lecture to the local Flying Club in Brno, Czechoslovakia. As a guest of Auto Union she attend the Masaryk Grand Prix being held at the time of her visit to Brno. In the pits she was impressed by a handsome driver, who's name was Hans Stuck. But this was not Stuck's race as he suffered what could have been a tragic accident when he was struck in the face by a bird which shattered his goggles. Luckily he was able to mange to return to the pits where he was attended to. The eventual winner was a new rookie driver by the name of Bernd Rosemeyer. Elly was asked by Franz Michler, the Press Officer for Auto Union to go up and congratulate the young winner. One year later on July 13th they were married. To the Nazis they were the perfect Aryan couple and in fact unlike the other drives Rosemeyer was asked to join the SS. Theirs seamed the perfect marriage and the couple became the toast of Berlin. Tragically it was to end not quite three years later with the death of Rosemeyer while on a record attempt.




Tuesday, September 5, 2017

ITALO BALBO.1896-1940. FASCISME and SPORTS CARS.



Italo Balbo (Ferrara, 6 June 1896 – Tobruk, 28 June 1940) was an Italian Blackshirt (Camicie Nere, or CCNN) leader who served as Italy's Marshal of the Air Force (Maresciallo dell'Aria), Governor-General of Libya, Commander-in-Chief of Italian North Africa (Africa Settentrionale Italiana, or ASI), and the "heir apparent" to Italian dictator Benito Mussolini.


After serving in World War I, Balbo became the leading Fascist organizer in his home region of Ferrara. He was one of the four principal architects (Quadrumviri del Fascismo) of the March on Rome that brought Mussolini and the Fascists to power in 1922, along with Michele Bianchi, Emilio De Bono and Cesare Maria De Vecchi. In 1926, he began the task of building the Italian Royal Air Force and took a leading role in popularizing aviation in Italy, and promoting Italian aviation to the world. In 1933, perhaps to relieve tensions surrounding him in Italy, he was given the government of Italian Libya, where he resided for the remainder of his life. Balbo was the only leading Fascist to oppose both anti-Jewish racial laws[citation needed] and Mussolini's alliance with Nazi Germany. Early in World War II, he was killed by friendly fire when his plane was shot down over Tobruk by Italian anti-aircraft guns.









The Grand Prix scene during this period contains its assortment of heroes, scoundrels and even murderers. In Italo Balbo you had all three. Balbo was born on June 6, 1896, near Ferrara, Italy. After serving in World War I he got himself involved with the local Fascists. It may well have been his sense of patriotism that mislead him but the dashing young man became one of their young leaders. He was involved in many bloody attacks against their opponents. By far the bravest of this motley group he came to the attention of the Fascist leadership including Mussolini. When Mussolini came to power Balbo quickly moved up the ladder becoming General and later Marshall. Balbo would have been just another Fascist thug if not for his other great passion, flying.

In fact Balbo was one of Italy's greatest aviators and accomplished many feats that could not be called anything less than heroic. His most famous feat came during the World's fair in Chicago in 1933. General Italo Balbo, minister of air under Italy's dictator Benito Mussolini, led a fleet of 25 Savoia-Marchetti SM.55X flying boats in a mass formation flight to Chicago's World's Fair. In an aerial spectacle aimed at demonstrating Italian technological might under fascist rule, Balbo's 100 crewmen practiced precision formation flying and water landings for months before taking off from Orbetello seaplane base for the first leg of the round-trip transatlantic flight. Despite the loss of a plane and a crewman in Amsterdam, 24 aircraft landed safely on Lake Michigan, having flown 6,065 miles in just under 49 hours flying time. Following celebrations in Chicago and New York, the fleet took off for Rome on July 25. A crash in the Azores took the life of a second crewman, but Balbo's remaining 23 flying boats arrived home to a patriotic welcome on August 12, still flying in tight formation. Balbo's popularity rivaled Mussolini's and as a reward he was banished to Libya as its Governor.

Disillusioned with the direction that Mussolini was taking Italy he resented the growing power of the German Nazi's over his beloved Italy. Exiled to Libya he assumed the role of Roman pro-consul; the greatness of the empire depended on the prestige the Consul could command. He held lavish receptions replete with African Guards in flowing costumes with drawn swords. The receptions were open to the diplomatic corps of North Africa and international high society. He preferred to mix with the creme of Britain and France over that of Germany. A perfect vehicle for him, in fact his world stage was the Grand Prix of Tripoli. He loved cars and would often cajole the teams to let him try their cars out on the circuit.

On August 13th, 1932 Victor Emmanuel III, King of Italy authorized a lottery based on the result of the Tripoli Grand Prix. The effect was enormous, the race was converted from a backwater event to the top of the Grand Prix calendar. It became known as the race of millions, it also saw it involved in a scandal that rocked the sport when Varzi won the first race during the lottery under dubious circumstances over Nuvolari. The following year Balbo created new rules to prevent any chance of further cheating.

Reality was to intrude on this idyllic setting when Italy entered the war on the side of Germany. Balbo had been against the war from the start. On June 28, 1940 Governor-General Marshal Italo Balbo was shot down and killed by his own AA guns over Tobruk just as an RAF raid materialized (could this have been coincidence? Or is it possible that this was deliberate as Mussolini considered him to be his only serious contender in the fascist "government".) Considering Hitler's betrayal of his former comrade Ernst Rölm of the SA this scenario is not an uncommon feature of Fascism.



Balbo appeared in military uniform at the Targa Florio road race.